Bric-à-brac ou casse-tête chinois ?

Bric-à-brac ou casse-tête chinois ?

On entend de plus en plus parler des pays émergents qui forment le BRIC (Brésil-Russie-Inde-Chine). Alors menace ou opportunité économique pour les pays occidentaux ?

La question mérite d’être posée et il est certain que selon les secteurs d’activités dans lesquels évolue une entreprise exportatrice, il est aujourd’hui impossible d’ignorer le BRIC. Afin de chiffrer les relations commerciales qu’entretient le Québec avec ces pays, je vous conseille d’aller consulter le tableau de bord de la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain. www.tableaudebordmontreal.com/indicateurs/commerceexterieur/bric.fr.html

On y découvre en un coup d’oeil que le déficit de notre balance commerciale avec ces pays est déficitaire et que ce déficit s’amplifie avec les années. L’exemple de la Chine est éloquent : lorsque les exportations québécoises vers ce pays sont passées de 300 M$ à 890 M$ de 1998 à 2006, les exportations chinoises vers le Québec bondissaient de 1,8 Milliards à 6,8 Milliards de dollars !!

Le portrait semble moins alarmant si on ramène ces chiffres au prorata du PIB. Cependant cela doit nous conduire à ne plus ignorer les pays du BRIC et à les considérer aussi comme de véritables partenaires commerciaux.

Si la situation actuelle et futur du Québec face à ces puissances en pleine croissance peut ressembler à un véritable casse-tête chinois, l’anticipation et la volonté de faire face au problème permettra de trouver une solution et d’éviter de se trouver en situation de bric-à-brac économique.