Où l’on reparle de guerre économique et d’intelligence d’affaires

Où l’on reparle de guerre économique et d’intelligence d’affaires

Notre blog s’est déjà fait écho, en mai dernier, de l’importance accrue que prenaient les techniques d’intelligence d’affaires dite « intelligence économique ». Et ces dernières semaines semblent confirmer cette tendance. Le allemand groupe SIEMENS, géant mondial du secteur de l’électronique, de l’informatique et des transports qui a récemment fait face à un énorme scandale de corruption (caisses noires servant à payer des commissions occultes pour gagner des contrats) vient encore de défrayer la chronique.

Dans un article paru dans VIADEO, et sur la base d’une source du site easybourse.com, Jean-Pierre Passemard nous informe d’un nouveau scandale qui frappe l’entreprise allemande accusée d’avoir fait de l’espionnage indutriel et d’avoir voler des secrets industriels appartenant à DASSAULT Systèmes, le leader mondial des applications de solutions 3D (éditeur du célèbre logiciel de CAO CATIA).

L’entreprise avait mis en place, dès la divulgation du premier scandale, tout un système de gestion interne de la « responsabilité sociale » et de la « conscience sociale » (présenté sur ses différents sites internet – Voir par exemple le site de SIEMENS Canada). Les 400 000 employés du groupe ont aussi tous été sensibiliés et formés à l’éthique sociale !!

Que va t-elle maintenant faire pour affronter cette nouvelle épreuve ?

Cet exemple, qui touche l’un des plus puissants groupes industriels au monde, démontre bien que nous sommes plus que jamais dans une période de guerre économique intense. Et comme la perspective d’une récession dans certains pays du G8 ne va pas dans le sens de l’apaisement, il y a fort à parier que tout cela va s’intensifier.

Et il serait imprudent de penser que cette nouvelle menace ne concerne que les géants. Les PME innovantes sont aussi des proies intéressantes. Elles sont d’utant plus faciles à piéger qu’elles sont moins prudentes (ou sensibilisées) ou tout simplement moins bien protégées. Plus que jamais, et sans entrer dans une psychose excessive, les PME doivent veiller à protéger leur savoir et informer leurs personnels sur les mesures élémentaires de précaution à prendre. Il suffit de se doter de quelques outils et méthodes simples pour y parvenir efficacement.