Partenariat économique Canada – Union Européenne : un opportunité à saisir pour le canada

Dans l’attente du résultat du sommet Canada – Union Européenne qui se tenait à Prague hier, le sujet d’un partenariat économique entre les 2 parties a déjà fait couler pas mal d’encre. Alors que faut-il en penser réellement ?

Je viens juste de lire une analyse de Denis Saint-Martin (Directeur du Centre d’excellence sur l’Union européenne de l’Université de Montréal et l’Université McGill) publiée dans le Devoir sous le titre “Partenariat économique Canada – Union européenne – Une chance à saisir” que je partage pleinement et dont je vous invite à prendre connaissance.

Mais je ne peux m’empêcher de reproduire in extenso sa conclusion tant celle-ci traduit parfaitement le niveau de dépendance de l’économie canadienne au grand voisin américain et agite le spectre de l’urgence d’agir lorsque celui-ci décide de saisir une opportunité à laquelle le Canada n’a pu répondre avec suffisamment de célérité  : “il ne faut cependant pas perdre de temps. Durant la campagne présidentielle américaine, le candidat Obama s’est dit intéressé à l’idée d’un libre-échange avec l’UE. De tels appels sont susceptibles de résonner fortement du côté européen, pressé de reconstruire les rapports transatlantiques fragilisés par l’administration Bush. Si les Américains nous dament le pion auprès de l’UE, nous perdrons notre capacité d’initiative et d’innovation. Nous devrons alors nous adapter à une entente négociée par les États-Unis qui risque de nous être moins favorable“.

Et comme j’en ai déjà maintes fois parlé dans ce blog, l’Europe doit réellement devenir une priorité pour la diversification des exportations canadiennes et de fait, contribuer à diminuer la dépendance de l’économie du Canada à celle du voisin du sud. La proactivité dont le gouvernement fera preuve sera une assurance de ne pas se faire doubler par nos amis, mais néanmoins concurrents, américains. Il nous reste maintenant de voir ce qu’il va ressortir de oncret de ce sommet…