Un projet ambitieux pour réveiller l’entrepreneurship québécois…

La conférence de presse de la Fondation de l’Entrepreneurship du Québec, donnée ce matin à Montréal, par Mario Girard et Alain Lemaire (respectivement président et président du Conseil de la Fondation) pour présenter leur plan d’action pour mobiliser le milieu des affaires a donné lieu au lancement officiel du Réseau national de mentorat d’affaires de la Fondation.

L’annonce a été faite en présence de grands noms du monde des affaires du Québec venus apporter leur soutien inconditionnel à la démarche :
     André Bérard, Ancien chef de la direction de la Banque Nationale du Canada et l’un des plus ardents défenseurs du mentorat d’affaires.
     Marc Dutil, Président du Groupe Canam et fondateur de l’École d’entrepreneurship de Beauce pour un Québec plus entrepreneurial.
     Jean-Marc Léger, Président de Léger Marketing et collaborateur à l’Indice entrepreneurial québécois.
     Alain Lemaire, Président et chef de la direction de Cascades et président du Conseil d’administration de la Fondation de l’Entreprenurship

Le Réseau national de mentorat d’affaires s’appuie sur 10 années d’implantations locales offrant des services de mentorat d’affaires aux entrepreneurs et la Fondation veut jeter les bases d’un véritable réseau national de mentorat d’affaires disponible partout au Québec. Les résultats obtenus par ces premières implantations ne laissent aucun doute sur l’efficacité de ce projet national pour le développement économique du Québec. Avec des résultats probants qui se sont traduits par 3000 jumelages mentor-mentoré depuis l’année 2000 et un taux de survie des entreprises passant de 34 % à 73 % lorsqu’elles sont mentorées, le projet se donne 3 objectifs principaux :
1. Accompagner 6 000 entrepreneurs par année d’ici 2 ans.
2. Faire passer le réseau de la Fondation de 1 000 à 3 000 mentors d’ici 2 ans.
3. Créer une communauté virtuelle web des mentors pour établir un outil de référencement et d’échange des meilleures pratiques pour les mentors du Québec.

Une démarche visant à faire mentir, dans le futur, le constat alarmant qui fait suite à l’étude récemment publiée sur les statistiques de l’entrepreunariat au Canada :
• Au Québec, il y a en proportion deux fois moins de propriétaires d’entreprises qu’ailleurs au Canada.
• La période de démarrage des entreprises québécoises est plus longue que dans le reste du pays et une fois créées, celles-ci ont une espérance de vie moins élevée.

Pour lire le communiqué, cliquez-ici.