Quel horizon en 2015 pour le secteur TIC ?

arobaseLe secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) est devenu, au fil des années, un domaine de développement économique stratégique pour les pays industrialisés. En effet, leur poids dans le développement économique et leur place dans les usages quotidiens des Gouvernements comme des entreprises sont parfois hautement stratégiques (communications, finance, productivité, énergie, infrastructures essentielles…)  

C’est dans ce contexte que vient de paraitre le livre blanc “Horizon 2015 des grandes industries TIC en France” qui recense les initiatives engagées par la France pour préparer et supporter l’industrie des TIC à trouver sa place dans la bataille mondiale intense qui se joue depuis le début des années 2000 et qui s’intensifie chaque année.
Comme le souligne dans son introduction la Secrétaire d’État chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet : “Les technologies de l’information et de la communication se développent à une vitesse vertigineuse et prennent une place capitale dans notre économie. Nous avons pourtant du mal à élaborer une vision d’ensemble de ce secteur tant les acteurs et les logiques industrielles sont multiples. Tout l’intérêt de cette étude prospective est de dresser un panorama aussi complet que possible des grandes familles de TIC et de cerner leurs enjeux dans les prochaines années à venir.”

La réflexion dégage 11 grandes idées pour assurer l’avenir du secteur en France. Le point qui a le plus retenu mon attention (et parce que j’y crois depuis longtemps) est le point 9 sur les alliances et les partenariats à organiser à grande échelle pour consolider le poids de certaines industrie et favoriser l’innovation dans des segments à très fort potentiel de développement (Saas, web x.0,…).
Cette stratégie permettra d’aider les entreprises nationales et de leur donner les moyens de lutter, sur certains terrains, contre l’hégémonie grandissante de certains géants des grandes puissances de l’économie numérique (aujourd’hui les États-Unis, demain la Chine et l’Inde). Les pays industrialisés qui se situent en retrait des très grandes puissances (le Canada et la France ont font désormais partie) n’ont d’autres choix que de se structurer et de développer des plans stratégiques pour identifier des secteurs de force (en raison de leur différenciation et de leur potentiel de développement à l’échelle mondiale) qui seront privilégiés et soutenus par leurs Gouvernements. Un travail de segmentation nécessaire pour assurer l’avenir su secteur TIC avec l’assurance d’un appui gouvernemental réfléchi, concerté et organisé pour en faciliter la lecture et l’accès !