Économie et entreprises : une rentrée difficile ?

Le passage à la dernière semaine du mois d’août consacre généralement le « début de la fin » des congés d’été et par là même l’heure de préparer la rentrée de septembre. Au chapitre des interrogations figure évidemment en premier rang la crise économique et son incidence sur les stratégies à venir des entreprises.

Les dernières nouvelles en matière de croissance venant du France, d’Allemagne ou du Japon, étant positive (bien qu’il soit prudent d’éviter toute conclusion hâtive après un seul trimestre de croissance), on pourrait s’attendre à un automne plein d’espoir. N’annonce t-on pas aussi en France que les trésoreries des grandes entreprises sont saines malgré des chutes importantes des chiffres d’affaires sur les 12 derniers mois ?

Ma vision est plus modérée et si ces nouvelles sont certes de bonnes raisons d’espérer que la situation s’améliore à moyen terme, elles ne peuvent certainement pas masquer une difficulté endémique des PME à trouver des sources de relance et des relais de croissance. Force est de penser que l’augmentation des faillites ne va pas s’arrêter brutalement au sortir de l’été et que la timide relance n’empêchera sûrement pas les grands groupes d’assainir encore leur situation interne et de céder à la tentation de faire des plans sociaux.

Les premières semaines de septembre risquent donc d’être riches en terme de communication d’entreprise. Souhaitons que mon analyse soit remise en cause par une série d’autres nouvelles positives. J’accepterai alors le blâme pour avoir manqué un peu d’optimisme !