A propos du TGV Windsor-Québec…

A propos du TGV Windsor-Québec…

TGVPour donner suite au débat qui fait rage à propos de la nécessité de construire un TGV au Québec, voici des extraits d’un article « Le TGV Québec-Windsor serait rentable » de François Cardinal du Journal La Presse :

« Pour la SNCF, l’une des plus importantes entreprises ferroviaires au monde, l’implantation d’un TGV dans le couloir Québec-Windsor est totalement justifiée, car toutes les conditions de rentabilité financière, sociale et environnementale sont réunies pour en faire un grand succès.
Dans un avis obtenu par La Presse, la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) va même jusqu’à comparer avantageusement ce couloir à ses lignes à grande vitesse les plus rentables de l’Hexagone, soient les TGV Rhône-Alpes, Méditerranée et Atlantique.

«Tous les critères théoriques et empiriques de succès de la mise en service d’un tel réseau déterminés par la SNCF, via son expérience de l’ensemble des projets de grande vitesse ferroviaire dans le monde, sont remplis par le corridor Québec-Windsor», estime-t-elle.
Voilà la conclusion d’une «étude prospective» contenue dans la «proposition technique et financière» que l’entreprise a remise en juin dernier aux maires des six grandes villes concernées par ce projet.

Il s’agit en quelque sorte d’une soumission bonifiée, dans laquelle la SNCF offre ses services, à la demande de la Ville de Québec, pour mener une étude plus approfondie sur les aspects socio-économiques, environnementaux et financiers du projet, ainsi que sur son trafic potentiel, ses recettes et ses coûts d’exploitation.
«La densité de la population du corridor Québec-Windsor et les distances entre ses principaux pôles de population ainsi que ses caractéristiques économiques et socio-économiques constituent autant d’arguments forts en faveur de la mise en service d’un réseau ferroviaire à grande vitesse desservant les aires urbaines de Québec City (sic), Montréal, Laval, Ottawa, Toronto, Kitchener, London et Windsor.»

Cela dit, la SNCF estime déjà que ce projet, s’il voit le jour, aura un brillant avenir. Elle va même plus loin, intégrant le futur couloir Québec-Windsor aux projets américains de trains à grande vitesse. «Ces perspectives et synergies potentielles renforcent encore les enjeux de la mise en service d’un réseau ferroviaire à grande vitesse dans les provinces de Québec et de l’Ontario jusqu’à Chicago», note la Société nationale
.

Pour vous faire votre propre idée, la Chambre de commerce française au Canada organise du 28 septembre au 2 octobre prochains la Semaine d’Excellence en Affaires France-Québec en présence de la SNCF internationale. Le thème choisi « Sur les rails de l’Espace économique franco-québécois » laissera une place importante à la discussion sur le TGV notamment lors d’un Diner-conférence qui se déroulera au Chateau Frontenac le vendredi 2 octobre. En conférencier invité, Mr Pascal Lupo, président de la SNCF internationale ne manquera pas de donner des arguments pour expliquer et justifier le projet d’implantation. Et la présence confirmée du Maire Labeaume nous en dit long sur son soutien inconditionnel au projet…

Je crois que la construction d’un TGV permettait sûrement de contribuer à booster les relations économiques France-Québec à grande vitesse. Il n’est jamais trop tard pour rattraper le temps perdu…