Le marché du travail au Québec dans les 10 prochaines années

Le marché du travail au Québec dans les 10 prochaines années

Le Centre d’étude sur l’emploi et la technologie (CETECH) est une entité d’Emploi-Québec qui vise à l’amélioration de la connaissance du marché du travail de l’emploi hautement qualifié et des secteurs de haute technologie.

Le CETECH produit et diffuse des analyses et des études qui visent à informer et à éclairer la prise de décision (choix de carrière, gestion des ressources humaines, élaboration de politiques gouvernementales…), en favorisant une meilleure compréhension du rôle joué par le capital humain et la technologie.

Le CETECH vient de publier une étude intéressante qui décrit et analyse le marché du travail pour les 10 prochaines années, à savoir les projections inhérentes à la population active, au chômage et à l’emploi pour le Québec au cours de cette période. Elle souligne les besoins criants de main-d’œuvre à combler pour faire face aux nombreux départs à la retraite des baby-boomers et l’important resserrement du marché du travail attendu d’ici le milieu de la prochaine décennie.

Emploi-Québec nous alerte sur le défi démographique qui attend le marché du travail québécois à très court terme et de façon durable. Le vieillissement de la main-d’oeuvre et les départs massifs de professionnels atteignant l’âge de la retraite va provoquer une pénurie inquiétante et une forte tension sur le marché du travail.

Le nombre de nouveaux bénéficiaires des retraites du Québec était de 89 000 en 2008 et devrait atteindre 115 000 en 2018. En 2000, le nombre plafonnait à 65 000. C’est plus d’un million de personnes qui vont devoir quitter le marché du travail en 10 ans ce qui représente  27 % de la main-d’oeuvre présentement en emploi. Si on ajoute les besoins créés par la croissance, c’est plus de 1,3 million de personnes qui devront faire leur entrée sur le marché du travail pour pourvoir tous les postes disponibles !

Mais le Québec fait actuellement face à plusieurs problématiques :

  • l’absence de relève en nombre suffisant. La population de 15 à 64 ans, qui fournit encore aujourd’hui l’essentiel de la main-d’oeuvre, amorcera son déclin en 2013. La rareté va nécessairement freiner la croissance de l’emploi.
  • La place prépondérante et le rôle des plus de 65 ans dans le marché du travail. En effet, pas moins de 40 % de la croissance de l’emploi entre les années 2014 à 2018 sera attribuable au maintien ou au retour au travail des personnes de 65 ans ou plus. En 2018, près de 100 000 emplois de plus qu’en 2008 seront occupés par des personnes de 65 ans ou plus.

Le taux de chômage subira une hausse importante en 2009 avant de renouer avec sa tendance baissière. Il devrait glisser sous le seuil de 7 % en 2013 et reculer jusqu’à 5,5 % en 2018 soit le seuil théorique du plein-emploi.

Pour plus d’infos, télécharger Etude