La maxime du mois de mars

Qui me lit ou me fréquente régulièrement connait certainement mon attirance pour certains aspects de la philosophie asiatique et particulièrement chinoise, tant elle nous enseigne sur nos propres comportements et notamment sur l’art d’observer, d’être patient ou de tirer parti de l’expérience avant d’agir ce qui ‘est pas toujours le fort des sociétés occidentales.

J’ai déjà cité Lao Tseu dans certains de mes billets et c’est encore à ce grand philosophe chinois que j’emprunte une citation pour illustrer la maxime de ce mois de mars :

 » Tu es le maître des paroles que tu n’as pas prononcées; tu es l’esclave de celles que tu laisses échapper « .
Lao-Tseu, philosophe chinois (4ième siècle avant JC)

Quelle application pratique peut-on tirer de cette citation dans le monde des affaires ?
D’abord que le silence est d’or et qu’il vaut mieux parfois commencer par se taire. Que le silence est aussi la force des plus grands négociateurs car il offre à l’autre (votre client) la possibilité d’exprimer ses besoins ou ses objections face à votre proposition et vous redonne des atouts pour dominer le jeu de la négociation. Ensuite que de trop parler vous amène à exprimer des choses qui ne sont plus essentielles mais qui vous affaiblissent face à un collaborateur, un concurrent ou un client et qui se rattrapent difficilement par d’autres mots. Alors parler peu mais parler juste et bien, c’est rester maître de la situation et non esclave de ses mots.
A méditer…