Startups et PME : "Think Big…Big is beautiful !"

Le monde des affaires est avant tout une histoire de culture et notre éducation familiale, scolaire puis l’environnement professionnel dans lequel nous avons baigné nous marquent et nous façonnent de manière durable et souvent indélébile. Ayant la chance de me situer des deux côtés de l’Atlantique et donc de pratiquer deux cultures d’affaires radicalement différentes, je me suis souvent posé la question du modèle américain, sans en faire un modèle absolu, mais qui en l’observant attentivement a bien des choses à nous enseigner.

Pour définir la culture d’affaires américaine, il suffit de citer quelques expressions typiques qui traduisent à elles seules une certaine façon de penser et d’agir : « What’s in it for me ? » « Go straight to the point » lors d’un processus de vente ou  « Sky’s the limit » et « Think Big » lorsqu’il s’agit de décrire un projet ou une ambition.

Cette manière de voir les choses ne correspond en rien à la culture judéo-chrétienne qui a plutôt tendance à freiner les ardeurs ou à imposer une certaine humilité dans la vision des choses. Et pourtant, en business, ce n’est pas toujours la bonne loupe ou la bonne façon de penser. Il m’est arrivé récemment avec un de mes clients de Québec, une anecdote qui en dit long sur le sujet.

Étant en phase de démarrage, nous nous sommes livré à la traditionnelle analyse de la concurrence sur notre segment de marché. Dire que nous avons trouvé des concurrents américains relève de l’anecdote quand on se situe au Canada et dans le profil de concurrence ressortait évidemment une compagnie américaine, leader en parts de marché à l’échelle de la province de Québec.
Nous avons donc logiquement poussé plus loin notre Benchmark avec cette entreprise pour en décoder les « petits » secrets et déterminer quelle stratégie adopter pour nous positionner face à ce « géant » américain. Et quelle ne fut pas notre surprise de découvrir, après des recherches plus poussées, que nous avions affaire à une petite PME (disons quelques millions de dollars de CA) là où nous étions convaincus que cette entreprise était une grande entreprise.

Alors peut-on expliquer pourquoi ? D’abord parce que la présentation du site internet de l’entreprise fait très professionnel et leur communication est ambitieuse. Ensuite, toutes les informations que nous avions  initialement trouvées laissaient transparaitre l’image d’une grande entreprise. Ensuite et surtout parce qu’on a tendance à penser, souvent de manière inconsciente, que tout ce qui est américain est grand. Ceci est aussi la résultante de la culture de pensée américaine. Celle qu’ils ont si bien  réussi à imposer dans le monde des affaires (et même de la culture). Bravo à eux mais la leçon qu’il faut en tirer pour toute startup ou petite PME au quotidien : « Think Big, Big is beautiful »

Votre avis ? Vos expériences vécues ?