La maxime du mois de juillet

Mon métier m’amène au quotidien à rencontrer de nombreuses entreprises et mon implication dans différentes associations ou club d’affaires me donne une bonne perception de la situation actuelle de l’économie. Ce que je constate me fait penser que nous sommes encore loin d’être sortis de la zone de trouble causée par la crise de 2008 (ce qui donne à priori raison aux économistes éclairés qui prédisaient en 2009 que l’on devrait attendre 2012 pour retrouver le niveau d’activité de 2008).
Je constate également que cet effet crise a généré des attitudes de méfiance, parfois de prudence ou de la frilosité lorsqu’il s’agit de penser investissements ou nouveaux projets. 

Comme l’été est propice à la réflexion, cette citation d’un écrivain célébre,  « alchimiste » des mots, m’a paru une façon imagée d’illustrer nos réflexions estivales :

« Quand on ne peut pas revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure manière d’aller de l’avant« . Paulo Coelho, écrivain brésilien.

Sortir de la crise n’est pas refaire la crise. Il s’agit maintenant de regarder devant et d’entreprendre en prenant soin de tenir compte de la situation passée. La tendance naturelle de dire et ressasser « et si… » ne fait que retarder les échéances. L’économie ne pourra se relancer que si nous avons une motivation collective pour imaginer la meilleure manière d’aller de l’avant…