Les 10 Commandements pour réussir en Affaires France-Québec

Les 10 Commandements pour réussir en Affaires France-Québec

Le compteur tourne et je vais bientôt boucler un cycle de 20 années passées au Québec. Deux décennies à entreprendre et à travailler dans la BelleLa tour eiffel à Paris, destination de la mission france pour des jeunes entrepreneurs du quebec Province. Deux décennies aussi à faire des affaires entre le Québec et la France. Sans oublier que lorsque que j’étais encore en France, mes premières expériences en commerce international ont été avec le Québec. Dire que cela remonte déjà à 1989 ne me rajeunira pas mais cela me permet d’avoir 30 ans en affaires bilatérales Québec-France au compteur…

En commerce international, l’expérience est un énorme bonus tant il est difficile d’intégrer rapidement une culture d’affaires autre que la sienne. Sachant qu’elle doit également se doubler d’une connaissance de la culture sociale, pour être pleinement opérationnel, on comprend que pour appréhender pleinement les subtilités qui font conclure une vente (ou un  partenariat), cela prend du temps, du travail…et parfois de la patience.

Que m’ont appris ces 30 ans d’expérience en affaires France-Québec et Québec-France ?

Après réflexion, j’ai eu envie de porter un regard différent de ce que l’on trouve habituellement pour décrire des cultures d’affaires. En édictant 10 commandements croisés (qui n’engagent que moi et n’ont rien d’une prophétie), j’ai simplement voulu faire comprendre en un coup d’œil, combien les différences sont bien réelles. Qu’il est nécessaire de se préparer sérieusement pour réussir sans penser que notre usage de la même langue et qu’un lointain passé commun (plus de 400 ans déjà) font, des québécois et des français, des cousins dans la vie et en affaires.


Ce billet n’a bien sûr pas la prétention de tout dire ou d’avoir une vision exhaustive. Chaque matin en me levant, je suis convaincu que je vais faire de nouvelles découvertes, apprendre de nouveaux détails, m’étonner de certains comportements de mes contacts professionnels. Tant mieux. Cette remise en question permanente nourrit ma curiosité et me rend encore plus pprécis et erformant dans mon approche des relations d’affaires au quotidien…

Vos commentaires m’intéressent et si vous voulez ouvrir le dialogue, prenez cet espace comme une ligne ouverte aux idées…ou lisez d’autres articles sur l.exportation entre France et Québec :

Article du 27 septembre 2010 – Mis à jour le 19 février 2019