Le programme de mentorat du SOIIT pour faciliter l’intégration et l’arrimage socioprofessionnel

Le programme de mentorat du SOIIT pour faciliter l’intégration et l’arrimage socioprofessionnel

 

mentoratLe Service d’orientation et d’Intégration des Immigrants au Travail, en partenariat avec Emploi-Québec, offre aux nouveaux arrivants la possibilité d’être accompagné par un professionnel de leur secteur dans leurs démarches d’intégration en emploi.
Comment ça fonctionne ?
Mentor et « mentoré » se rencontrent une fois toutes les deux semaines pendant un minimum de 12 semaines. Ces rencontres ont pour objectif de développer l’employabilité du chercheur d’emploi et de faciliter son intégration et sa rétention en emploi.

Le mentor n’a pas la responsabilité de trouver un emploi au « mentoré », il est un accompagnateur, une sorte de décodeur de la nouvelle réalité que vivent les chercheurs d’emploi ou encore un passeur de savoir.
Les thèmes abordés peuvent être amenés par le « mentoré » ou suggérés par le mentor : la société québécoise, l’intégration en emploi au Québec, le marché du travail, des pistes d’emploi, le réseau de contact, l’organisation du travail, etc.

Bénévoles mais encadrés
Même s’il s’agit d’une activité bénévole, la relation entre le mentor et le « mentoré » est balisée par une entente administrée par le SOIIT. De plus, mentor et « mentoré » bénéficient chacun du support de l’organisme sous la forme de suivis réguliers, de formations ou de rencontres thématiques.

Du côté du « mentoré »… meilleure connaissance du milieu
L’intérêt d’un tel programme pour le nouvel arrivant est évident : meilleure connaissance de la société québécoise, informations sur le secteur d’activités qu’ils visent, possibilités de rencontrer des personnes clés, meilleure compréhension de la culture du travail au Québec, à Québec, élargissement de son réseau de contact, atténuation de l’isolement, etc.

Du côté du mentor… enrichissement et motivation
Les mentors sont en général des gens passionnés qui désirent transmettre leur savoir et aider la relève. Tous reconnaissent que cette activité est une source d’enrichissement et de motivation qui leur permet de poser un autre regard sur leur culture, sur leur parcours professionnel. Accompagner une personne dans son cheminement professionnel est selon eux gratifiant, valorisant et dynamisant.

Et les employeurs…? Arrimage et intégration plus facile.
Les entreprises qui embauchent les « mentorés » tirent bien entendu certains avantages de ce programme. Ces nouveaux travailleurs ont déjà touché du doigt la réalité du travail en sol québécois dans leur domaine. L’arrimage culturel se fait bien plus facilement, le travailleur connaît déjà les différents acteurs du milieu; il assimilera plus rapidement les informations et sera davantage en mesure de faire des liens.

Et après ?
Il n’est pas rare que la relation se poursuivent après les douze semaines ou après que le mentoré ait trouvé en emploi !

Quelques chiffres ….. Les  mentorés  : Québécois d’origine : 85 %, Immigrants : 15 % (souvent des personnes qui, à leur arrivée au Québec, ont été accompagnées par un mentor).
Les mentors : Travailleurs : 80 % (dont 75 % occupent des postes de direction), Jeunes retraités : 20 %, Moyenne d’âge : 50 ans, Hommes : 75 %, Femmes : 25%