Le génôme des startups web de la Silicon Valley enfin décodé ?

Le génôme des startups web de la Silicon Valley enfin décodé ?

startup et entrepreneurshipOn les regarde aller. On les voit grandir (parfois très…ou trop vite). On les admire souvent. Mais qu’est-ce qui fait courir (et réussir) les entrepreneurs de la Silicon Valley ?

Des gens ont décidé de trouver les clés et de décoder le génôme des statups californiennes de la Silicon Valley. Leur but avoué ? Aider à faire prospérer tous les autres startups du monde en s’inspirant d’un modèle à succès. Ambitieux ? Fous ? ou tout simplement des philantropes de l’entrepreneurship les gens de Startup Genome ? Un peu tout à la fois mais je vous invite tout de même à consulter leur rapport d’étude. Réalisé auprès de plus de 650 startups web, il nous enseigne beaucoup de choses et nous décode un peu de l’ADN des startups web :

Et vous allez découvrir en 12 points  (volontairement laissés en anglais pour ne pas en dénaturer le sens) que certains facteurs qui ressortent de l’étude sont parfois très surprenants :

1. Founders that learn are more successful : Startups that have helpful mentors, track metrics effectively, and learn from startup thought leaders raise 7x more money and have 3.5x better user growth.

2. Startups that pivot once or twice times raise 2.5x more money, have 3.6x better user growth, and are 52% less likely to scale prematurely than other startups.

3. Many investors invest 2-3x more capital than necessary in startups that haven’t reached problem solution fit yet. They also over-invest in solo founders and founding teams without technical cofounders despite indicators that show that these teams have a much lower probability of success.

4. Investors who provide hands-on help have little or no effect on the company’s operational performance. But the right mentors significantly influence a company’s performance and ability to raise money (However, thisdoes not mean that investors don’t have a significant effect on valuations andM&A).

5. Solo founders take 3.6x longer to reach scale stage compared to a founding team of 2 and they are 2.3x less likely to pivot.

6. Business-heavy founding teams are 6.2x more likely to successfully scale with sales driven startups than with product centric startups.

7. Technical-heavy founding teams are 3.3x more likely to successfully scale with product-centric startups with no network effects than with product-centric startups that have network effects.

8. Balanced teams with one technical founder and one business founder raise 30% more money, have 2.9x more user growth and are 19% less likely toscale prematurely than technical or business-heavy founding teams.

9. Most successful founders are driven by impact rather than experience or money.

10. Startups need 2-3 times longer to validate their market than most founders expect. This underestimation creates the pressure to scale prematurely.

11. Startups that haven’t raised money over-estimate their market size by 100x and often misinterpret their market as new.

12. B2C vs. B2B is not a meaningful segmentation of Internet startups anymore because the Internet has changed the rules of business. We found 4 different major groups of startups that all have very different behaviorregarding customer acquisition, time, product, market and team

Le point 2. est celui qui me semble le plus intéressant à décoder. J’ai évoqué cet aspect des startups dans un billet récent (« Startups et modèle d’affaires« ). Mettant en lumière la réussite des jeunes entreprises qui démontrent une capacité à changer et une propension à la versatilité qui s’avère payante lorsqu’il s’agit d’adapter leur modèle économique et leur façon de créer de la valeur pour mieux répondre aux exigences de leur clientèle cible.

Inspirant non ? Cliquez-ici pour découvrir Startup Genome

L’actualité « Startup » dans la région de Québec : StartupCamp Québec 2012 (9 février 2012). Inscrivez-vous…

  • Pingback: lacapitaleblogue.com | Le génôme des startups web de la Silicon Valley enfin décodé ? | Akova()

  • François

    Bonjour, question naïve et linguistique: « to pivot » signifie quoi ?
    Merci

    • Francis Belime

      Bonjour,
      Ce terme fait partie du jargon (américain ) du monde des startups. Le verbe « pivot » traduit la capacité d’une jeune entreprise à adapter rapidement son modèle économique en fonction de tests de marché réaliser à partir d’un premier prototype afin de trouver le meilleur positionnement avec le minimum d’investissement. On parle plus généralement d’une approche de type « lean startup » popularisée aux Etats-Unis par Eric Ries.
      Voir ce billet de blog qui explique bien le terme : http://robgo.org/2011/10/27/startup-jargon-series-pivots/

      Amicalement.