Entrepreneurs en série : prendre des risques…et réussir !

Entrepreneurs en série : prendre des risques…et réussir !

Entrepreneurship et entrepreneur en sérieLes paris de l’entrepreneur en série Elon Musk sont, semble t-il, souvent payants. Cet entrepreneur a dans un premier temps fait fortune dans l’internet (il a été partie prenante dans le succès de Paypal). Il a ensuite choisi de réinvestir une grande partie de ses actifs financiers dans les voitures électriques avant de tenter l’aventure du transport spatial. Des diversifications aux antipodes du savoir faire développé au travers de ses premières compagnies.

Et force est de constater que ce choix a été tout aussi judicieux qu’audacieux. Il vient en effet récemment d’en récolter les fruits. Créé il y a dix dans, sa société SpaceX est devenue la première compagnie privée à lancer une capsule vers la Station spatiale internationale (ISS). Un évènement qui marque sans conteste le début d’une ère nouvelle dans le secteur du transport spatial où le privé est amené à jouer, dans les prochaines années, un rôle significatif.

Qui est vraiment cet entrepreneur discret ?

Elon Musk, sud-africain naturalisé américain de 40 ans, a également fondé la société SolarCity située en Californie. Celle-ci fabrique des panneaux solaires pour les habitations et les immeubles commerciaux. Philanthrope à ses heures, il gère en parallèle sa fondation qui est dédiée aux domaines de l’éducation, de l’énergie propre et se préoccupe de la santé des enfants.

Né d’un père sud-africain et d’une mère canadienne, Elon Musk est venu habiter au Canada quand il avait 17 ans avant de partir aux États-Unis pour y passer une maîtrise de physique et une maîtrise de gestion des affaires (MBA) à l’Université de Pennsylvanie. Inscrit à Stanford, il a rapidement renoncé à poursuivre d’autres études et flairé le bon coup en fondant Zip2, start-up spécialisée dans l’édition de logiciels de publication en ligne pour l’industrie des médias.

Elon Musk gagne ses premiers millions avant l’âge de 30 ans en vendant, en 1999, Zip2 au fabriquant d’ordinateurs américain Compaq pour une somme de plus de 300 millions $. Il lance ensuite X.com qui fusionne ultérieurement avec PayPal, société de paiements en ligne sécurisés qui sera rachetée par eBay, le géant de la vente aux enchères, pour 1,5 milliard $ en 2002.

Ambitieux, Elon Musk explique dans une interview au Time Magazine que son objectif avoué est d’être «partie prenante de choses qui vont faire une différence importante pour le devenir de l’humanité». Voici le moteur de sa motivation. Celle qui l’a incité à se lancer dans l’internet puis dans les énergies renouvelables.

Elon Musk encourage les entrepreneurs qui prennent des risques et se plait à dire : «Je pense que dans un sens, quelquefois, le petit joueur gagne», où il fait référence au succès de SpaceX (dont il est Président et agit comme principal responsable du développement technologique) qui se donne pour mission de construire des systèmes de transport spatial à bas coûts dans un secteur dominé par des géants de l’aérospatial comme Boeing. Après un investissement de 100 millions $ sur ses deniers personnels, SpaceX est aujourd’hui estimée à plus de deux milliards $. Très fier de ce nouveau succès tout en avouant son manque d’expérience dans le secteur spatial à ses débuts, il dit caresser l’espoir de mettre au point des technologies capables d’aller sur Mars à des coûts abordables. Il est à noter que du côté de la voiture électrique, sa société Tesla Motors a lancé sa nouvelle berline en juin.

Vous voulez mieux connaitre Elon Musk et vous en inspirer : lisez l’article « My life in Business«