Une vague de français pour travailler ou entreprendre au Québec

Une vague de français pour travailler ou entreprendre au Québec

Toute la presse et les médias français en parlent. De plus en plus de français veulent partir au Québec. Après un reportage de France 2 intitulé « Québec, la ruée des français » paru au journal de 20 heures en novembre, c’est le Figaro qui titre dès le 1er janvier 2013 « Les français s’exilent de plus en plus au Québec« 

Mobilité internationale au Québec 

Et on peut notamment lire dans l’article «Au Québec, il n’y a pas de stress. En France, l’ambiance est lourde, l’actualité pesante. Ici, les nouvelles sont positives.» Déclaration de Cédric Marty, jeune boulanger de 29 ans originaire de l’Aveyron qui vit à Montréal depuis six mois et travaille dans une chaîne de boulangeries où l’ambiance et les conditions de travail lui paraissent meilleures qu’en France.

Au-delà du côté un peu idyllique de ces reportages, il est vrai que la conjonction de la crise économique et d’un désir de plus en plus marqué des jeunes de vivre une expérience à l’étranger, explique ce mouvement incontestable. Il y a eu, à titre d’exemple, plus de 30 000 demandes (pour à peine 7 000 places disponibles) de jeunes français pour obtenir un permis vacances travail (le fameux PVT) qui permet d’avoir un visa d’un an pour voyager et/ou travailler partout au Canada.

Cependant, on constate ici plus un phénomène de mobilité internationale qu’un exil au sens propre du terme (en effet, plus de 50% des français qui viennent pour immigrer au Québec repartent après quelques années seulement). D’ailleurs, tous les cas mentionnés dans les articles de presse concernent des jeunes de moins de 30 ans.

Travailler ou entreprendre

Il y a pourtant une autre vague que nous avons observée ces derniers mois. Celle qui touche les entrepreneurs. Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir s’implanter au Québec, au travers d’une filiale (on parle alors d’exportateurs) mais également en créant une structure locale au travers d’une immigration. Crise économique oblige et rejet de lourdeurs administratives qui subsistent en France (malgré les efforts entrepris depuis quelques années déjà). Les raisons qui poussent ces entrepreneurs sont nombreuses mais elles démontrent que le climat régnant actuellement dans l’hexagone autour de l’entrepreneuriat n’est pas au beau fixe.

Comme entreprendre reste un défi quelque soit la latitude, nous renvoyons à une série de billets que nous avons écrits précédemment pour éclairer ceux qui ont l’objectif de »créer une entreprise au Québec« . Pour ce qui concerne la démarche à suivre afin d’obtenir un visa, différentes possibilités existent et sont listées dans le document suivant : Guide de l’immigrant français au Québec.

Nous vous souhaitons une bonne année 2013 et de la réussite dans vos différents projets…au Québec !

Entreprendre travailler Québec

Place de Paris et Chateau Frontenac – Quartier du Vieux-Québec

 

Exprimez vous!

*