Le Québec élargit sa stratégie pour la mobilité des personnes à l’Europe

Le Québec élargit sa stratégie pour la mobilité des personnes à l’Europe

Entreprendre au Québec

Place de Paris et Chateau Frontenac – Quartier du Vieux-Québec

L’Europe est le deuxième partenaire économique du Québec. Avec l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (UE), l’Entente entre le Québec et la France en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles, l’Europe et le Québec se sont déjà donné des outils pour faciliter leur coopération.

La stratégie du gouvernement du Québec à l’égard de l’Europe, lancée l’année dernière, propose 25 actions pour augmenter les flux d’échanges avec l’Europe et notamment des mesures pour favoriser la mobilité des personnes.

Dans les 10 prochaines années, le marché du travail québécois aura en effet besoin d’environ 1,5 million de personnes pour répondre à la croissance de l’emploi et pour remplacer les départs massifs à la retraite qui commencent à pénaliser durement l’économie de la province. Pour répondre à ces besoins, le Québec devra développer différentes stratégies et sera notamment obligé de compter sur l’immigration comme une alternative sérieuse. Le Québec fait déjà face à une pénurie de main-d’oeuvre importante dans certains secteurs d’activité et des entreprises se tournent déjà vers les activités de recrutement à l’étranger pour combler leurs besoins à court terme. Elle font alors appel à l’immigration temporaire.

Le Québec doit à présent parvenir à situer son action dans ce nouveau contexte de mobilité grandissante et se doter de moyens modernes pour se rendre attractif auprès des étudiants et des travailleurs qualifiés qui voudraient s’établir au Québec. Il doit aussi se préoccuper de faciliter leur intégration sociale et professionnelle qui sont les premiers facteurs de succès et de rétention. L’Entente entre le Québec et la France sur la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles ainsi que celle relative à la mobilité professionnelle et à l’intégration des migrants. La mise en oeuvre de ces ententes favorise la création d’un vaste espace de mobilité avec la France, et le Québec espère qu’il s’étendra bientôt à toute l’union Européenne. Enfin, les ententes de sécurité sociale avec de nombreux pays, la promotion de l’offre éducative québécoise en Europe, les stages pour les jeunes contribuent également à favoriser la mobilité des personnes entre le Québec et l’Europe.

Dans son plan d’action stratégique triennal 2012-2015,  sept mesures sont mis en oeuvre concernant la mobilité des personnes :

1.Mettre en application les arrangements de reconnaissance mutuelle découlant de l’Entente entre le Québec et la France en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles ainsi que l’Entente  relative à la mobilité professionnelle et à l’intégration des migrants pour :

  • promouvoir, auprès des travailleurs français, les avantages à venir s’installer et travailler au Québec;
  • faciliter l’obtention des aptitudes légales à exercer une profession, une fonction ou un métier réglementé, et l’accès aux mesures compensatoires prescrites par les ordres professionnels, telles que la formation d’appoint et les stages;
  • faciliter les démarches pour l’obtention ou le maintien des autorisations d’entrée, de séjour et de travail;
  • donner accès aux services d’intégration socioprofessionnelle;
  • soutenir les entreprises pour le recrutement de main-d’œuvre ou la mobilité de leur personnel sur le territoire de l’autre Partie;
  • échanger l’information, partager les bonnes pratiques et mettre en œuvre des actions concrètes de coopération entre les deux gouvernements.

2. Faciliter la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles et la mobilité de la main-d’œuvre entre le Québec et d’autres pays d’Europe.

3. Favoriser la mobilité professionnelle et la coopération en matière d’intégration des migrants entre le Québec et la Catalogne.

4. Appuyer les entreprises et organismes publics québécois dans leurs activités de prospection de nouveaux bassins potentiels de main-d’œuvre qualifiée et de recrutement ailleurs en Europe.

5. Conclure ou renouveler des ententes de sécurité sociale avec des pays d’Europe.

6. Poursuivre et accroître les échanges de jeunes adultes entre le Québec et l’Europe et leur intégration sur le marché du travail:
• soutenir les échanges de jeunes entre le Québec, la France et la Wallonie-Bruxelles;
• conclure des ententes de partenariat entre l’OQMJ et d’autres régions européennes;
• favoriser la formation et la diffusion des créations des jeunes artistes québécois sur le territoire européen.

7. Promouvoir davantage l’offre éducative québécoise en Europe afin d’attirer un plus grand nombre d’étudiants européens au Québec.

Cette politique est essentielle tant la problématique de pénurie de main d’oeuvre commence à frapper les entreprises québécoises de tous les secteurs d’activité. La réponse est multiple cependant l’immigration, temporaire ou définitive, reste  une des alternatives les plus crédibles en raison de la forte demande à laquelle fait face le Québec. Le lancement de notre portail Destination Québec, destiné aux personnes qui souhaitent étudier, travailler, ou entreprendre au Québec, rentre totalement dans cette stratégie en offrant un parcours d’intégration qui vise à maximiser les chances de succès des nouveaux arrivants.

Source : Site du Ministère des Relations Internationales